Message de Jean Bastaire

Le théologien Jean Bastaire nous répond.

Cher Ami,

Je me sens en grande consonance avec votre mouvement. J’aime votre maxime : « Bienheureux les sobres. En christ ils révolutionneront le monde ». Attention pourtant à ne pas tomber dans le piège d’une opposition « croissance-décroissance ». Opposition factuelle évidente bien que trompeuse, car elle ne touche pas à la racine du mal. Je pense que l’homme et la nature sont fait pour croître et se multiplier. La création est une histoire dont l’homme a la gérance. Mais cette histoire peut déraper, prendre une mauvaise voie jusqu’à devenir une contre-croissance qui détruit ce qu’elle développe. Nous y sommes. II faut revenir en arrière, redresser le cap.

II faut surtout revenir à l’inspiration première du créateur en ressaisissant le sens de notre vocation. Nous sommes fait pour créer avec Lui et par Lui, pour consommer dans le premier sens du terme, saint et non diabolique : épanouir, accomplir et non dévorer, anéantir.
Voila la racine du mal et le changement drastique, la conversion radicale à quoi nous appelle le christ. II ne s’agit pas d’être pour ou contre la croissance, mais de la réaliser d’une manière sainte, biblique, évangélique et non à la manière de satan.

Le consumérisme est le grand péché du siècle. Comme un cancer, il a envahi tous les domaines. En même temps qu’il gave et comble, il étouffe et pourrit. La sobriété en est le grand remède, nullement dans le sens quantitatif d’une diminution, d’une restriction permanente, indispensable seulement comme diète préalable permettant de rétablir la santé. La sobriété vise un objectif beaucoup plus fondamental : un retournement intérieur de l’être, une autre attitude de vie.

Votre groupe l’a très bien compris, et je suis dans l’admiration devant le bouquet de modestes et merveilleux témoignages annexés à votre manifeste. « Small is beautiful », à commencer par les naissances. Mais c’est pour donner d’immenses arbres où nichent les oiseaux.

Ma contribution personnelle est, depuis un quart de siècle, la publication d’une douzaine d’ouvrages où je suis passé de l’élaboration d’une écologie chrétienne à un renouveau d’une théologie de la création et du salut de l’univers. Parmi mes derniers ouvrages, j’en signerai trois édités par la maison Salvator : Pour un Christ vert (2008), La Création pour quoi faire ? (2009) et l’ultime qui sortira le mois prochain : L’Insurrection pascale, qui répond à la fameuse déclaration de Nietzsche :  » Pour que j’apprenne à croire à leur sauveur, il faudrait que les chrétiens nous aient l’air plus sauvés « .

Bien cordialement,

Jean Bastaire


Fatal error: Call to undefined function sharepost_buttons() in /home/chretienl/www/wp-content/themes/elegant-grunge/single.php on line 25